Marine Assoumov

peintre et collagiste


Marine Assoumov, peintre du rugby

 

Corps à corps, une série de peintures sur le rugby
Corps à corps, c’est le titre que Marine Assoumov a donné à une série de peintures à l'huile et de collages sur le rugby. C’est aussi la manière dont elle s’est emparé de ce thème, réalisant d’innombrables études pour s’imprégner du jeu et des attitudes.
Commencé en 1996 à l’occasion de la création d’une fresque sur le rugby pour la mairie d’Auterive (Haute Garonne), ce voyage de plusieurs années à l’intérieur du rugby, a abouti à des centaines de peintures, lavis et collages. La thématique du rugby est si riche que Marine craint de ne jamais l’épuiser ...

Retour à la figure humaine
Entre les deux thèmes plus abstraits que sont les décombres et les paysages intérieurs, Marine Assoumov revient donc à la figure humaine. Un retour à la « série noire » ?
Echappant à la facilité parfois galvaudée du nu, des baigneurs et des baigneuses si souvent peints, le rugby lui fournit le prétexte de montrer des corps d’hommes, seuls ou enchevêtrés.
Les joueurs de rugby ont avant tout pour Marine un intérêt plastique où le rythme, le mouvement, la composition et la couleur ont toujours la meilleure part.
Marine Assoumov est séduite par la vitalité de ce sport athlétique qui met en scène des guirlandes de corps puissants, verticales avec la touche, horizontales dans la mêlée, lui offrant une grande variété de compositions et de formats, tout en longueur ou carrés.
Les possibilités rythmiques liées à l'effet de répétition des blocs de corps et des rayures des maillots, ainsi qu’au contraste géométrique des corps plongeant, sautant, courant ou tombés à terre, procurent au peintre une palette inépuisable de motifs.
Marine Assoumov s’amuse de l’irruption des gros numéros sur le dos des joueurs et des lettres des publicités dans les stades.

A la limite de l'abstraction
Les maillots, les shorts et chaussettes si colorés, les corps puissants saisis ou dessaisis dans l’allégresse de l’effort physique collectif se prêtent à toutes les contorsions picturales …
Embrassement des corps, embrasement des couleurs qui éclatent comme souvent chez Marine Assoumov … Où commence, où finit le joueur ? Inextricable imbroglio où vient s’égarer l’œil du visiteur, pour son plus grand plaisir…
Une fois de plus, dans ses séries figuratives, Marine Assoumov franchit allègrement les limites de l’abstraction.
Portraits en pied, visages en gros plan ou grappes de joueurs aux corps majestueux, étirés tels des figures byzantines. Les mains énormes, griffues et avides, sont toujours prêtes à saisir ballon, joueur, ou regard du spectateur. La tête, ovoïde et lisse comme le ballon, n’est souvent qu’un signe, un masque où s’inscrit comiquement la ligne des sourcils ou l’arête du nez. Quand elle est dessinée, la bouche ouverte hurle l’effort, avec des accents parfois expressionnistes. Les bandeaux colorés rythment les visages cuivrés …


Peinture et dessin : couleur de l'huile, matière du collage, trait de l'encre
L'élaboration des travaux de la série, huiles ou collages, s’effectue à partir de dessins où n'intervient aucune notation de couleur ni de valeur, des croquis saisis sur le vif et entassés dans les cartons de l’atelier du peintre.
Après une décantation progressive et une reconstruction par le travail de la mémoire, les toiles naissent d'une élaboration lente, contrairement aux lavis où s’exprime la passion de l'artiste pour le trait rapide.
Les collages laissent plus de place au hasard, où se mélangent d’épais traits noirs, des lavis ocres ou gris, la gouache colorée et des fragments de papiers découpés dont la déchirure morcelle les surfaces blanches.

Marine Assoumov : amour et humour du rugby
Marine Assoumov nous donne ici à voir une peinture dégagée de l’anecdote, qui « rend visible » par les seuls moyens plastiques, composition elliptique à-plats de couleurs vivantes et matières sensibles.
Humour et gaieté confèrent à ces corps une vie dynamique.
Une présence.

 

Thierry Blanchon, 2000